ASPHALTE

Ask me anythingNext pageArchive

"Eh bien! oui, tu es jeune, tu es poète, tu es dans ta beauté et dans ta force… Essaie donc. Moi je vais mourir, adieu, adieu. Je ne veux pas te quitter, je ne veux pas te reprendre, je ne veux rien. Rien. J’ai les genoux par terre et les reins brisés. Qu’on ne me parle de rien! Je veux embrasser la terre et pleurer. Je ne t’aime plus, mais je t’adore toujours. Je ne veux plus de toi, mais je ne peux pas m’en passer. Il n’y aurait qu’un coup de foudre d’en haut qui pourrait me guérir en m’anéantissant. Adieu, reste, pars, seulement ne dis pas que je ne souffre pas: il n’y a que cela qui puisse me faire souffrir davantage. Mon seul amour, ma vie, mes entrailles, mon frère, mon sang, allez-vous-en, mais tuez-moi en partant."

- Lettre de rupture de George Sand à Musset.  (via auxdictateurs)